La pêche du barbeau aux leurres

La pêche du barbeau aux leurres

Le barbeau aux leurres

 

 

Le barbeau est un cyprinidé comme le gardon, la carpe, l’aspe ou encore le chevesne. Comme tout ces poissons il est omnivore donc possiblement capturable aux leurres. Dans cet article, je vais tenter de vous expliquer comment leurrer ce poisson puissant taillé pour le courant.

Pour se faire, j’utilise 2 techniques différentes ; la pêche à vue et la pêche « à rouler » que je vais vous détailler ci-dessous.

 

La pêche à vue

 

Avant de parler de matériel à proprement dit, l’outil INDISPENSABLE de cette pêche est la paire de lunettes polarisante. Les lunettes jaunes sont pour moi les plus efficaces en règle générale car elles conviennent à tous les temps, toutes les saisons et du matin au soir. Des lunettes foncées sont également intéressantes en été, lorsque que le soleil est à son zénith mais pour le reste on a vite fait de ne plus rien voir par manque de luminosité… Pour une vision optimale, je choisis des lunettes qui ne laisse pas passer la lumière entre le verre et mon œil (ce qui cause un reflet) et je me coiffe d’une casquette pour éviter une arrivée de lumière par le haut.

Vous voilà maintenant prêt pour débusquer ces fantômes qui apparaissent et disparaissent sur le fond de nos rivières

 

Où les trouver :

 

Les barbeaux sont des poissons de rivière, ils affectionnent les successions de fosses et de radiers et fouillent volontiers les grands plats à courant modéré. Pour la pêche à vue ce sont essentiellement ces grands plats qui vont nous intéresser car la surface est souvent à peu prêt lisse ce qui permet de bien les distinguer sur le fond. Sur des petites rivières, vous pouvez également les pêcher à vue dans les veines d’eau plus puissantes. Les barbeaux trahissent souvent leur présence en fouillant et en créant un flash doré reconnaissable entre mille. Soyez vigilant, c’est un poisson qui colle le fond et qui arrive à prendre sa couleur à la perfection ! Lorsque vous arrivez sur une zone propice soyez très discret pour ne pas alerter les poissons en place et prenez le temps de vous poser pour observer car même une zone à priori déserte peut cacher un poisson qui vous apparaitra comme par magie après quelques minutes d’observation, c’est d’ailleurs pour cela que je les appelle « fantômes de rivières ». Maintenant que vous êtes enfin prêt pour les trouver et les voir, passons à l’aspect technique à proprement dit.

Le matériel :

 

Il vous faudra un ensemble light ou medium light, une canne entre 2m et 2m30 en 3-15g ou 5-15g couplée à un moulinet 2000 ou 2500 qui fera le boulot sur les poissons jusqu’à 75/80cm, souvent la taille maximale sur des petites et moyennes rivières propices à la pêche à vue. Remplissez votre moulin avec une tresse en 10 ou 12 centièmes, une longueur de canne en fluoro de 22 centièmes et il ne vous manque plus que le pattern pour réussir votre pêche ! Mon leurre favori pour cette traque, incontestablement la dolive craw 2" de chez OSP dans ses coloris les plus ternes montée sur une tête plombée decoy VJ36 en hameçon taille 2 et d’un grammage approprié à la profondeur et à la vitesse du courant de la zone que vous avez choisi. En général, sur mes zones de pêche j’utilise une plombée de 2.6g pour un courant assez lent et 1m d’eau, et un grammage de 3.5g pour gratter les petites fosses et les veines d’eau plus soutenues. Toutes les imitations de petites bestioles fonctionnent également : savage gear 3d may fly, may fly de chez illex, nimble de chez crazy fish, AX craw de chez reins etc etc…. la liste est longue mais l’important est de ne pas dépasser 2.5inch et d’avoir une présentation impeccable lorsque l’on arrive devant le barbeau. Il se peut que les poissons, s’ils sont sollicités, deviennent tatillons et n’engament pas correctement le leurre. A ce petit jeu là, la clé du succès sera le micro rubber jig, le mono spin jig 2.7g de chez keitech sera l’arme idéale car grâce a ses petits poils la moindre petite succion du barbeau fera rentrer le leurre en bouche beaucoup plus facilement. Attention cependant avec le micro rubber, essayez de toujours le garder en visu dans l’eau car le risque d’accroche et plus important parce que vous n’êtes pas en texan et les petits brochets les aspirent aussi très bien ! gare aux coupes…

 

Déclencher l'attaque :

 

Pour déclencher l’attaque du barbeau sur un plat, il est important de lui amener le leurre sous le nez ou en tout cas dans un carré de 40cm par 40cm devant lui. Une fois le leurre dans cette zone en générale le barbeau viendra la chercher. S’il hésite encore déplacez le leurre centimètre par centimètre dans ce carré jusqu’à ce qu’il détecte le leurre et s’en saisisse. Facile ! me direz vous… et bien pas tant que ça ! la partie compliquée est en fait tout ce qui va se passer avant d’arriver dans ce fameux carré de 40x40 que j’appellerai par la suite « strike zone ». En effet, si vous arrivez sur une zone et que vous y trouvez plusieurs poissons il est important dans sélectionner un parmi tous (si possible le plus gros ^^) et de ne pas déranger les autres, ce qui ferait fuir le banc. Ensuite il faut lancer assez loin du poisson environ 5m et un peu en amont, pour ne pas l’effrayer lorsque le leurre tombera dans l’eau. Il s’agit ensuite de faire glisser la craw sur le fond en vous aidant du courant et en moulinant petit à petit jusqu’à la strike zone, évitez les grandes tirées qui décolle trop le leurre du fond et rendent sa trajectoire incontrôlable. Il est important de ne pas faire peur au poisson en tapant dedans avec le leurre ou en le touchant avec le fil ! si cela arrive laissez le poisson se calmer et revenez le tenter plus tard. Il vaut mieux multiplier les lancers en passant loin devant le poisson sans l’effrayer que de taper dedans au premier lancer en voulant tomber directement dans la strike zone. Lorsque vous pêchez sur des veines d’eau un peu plus creuses et que les vaguelettes en surface ne vous permettent pas de voir distinctement les poissons hormis lorsqu’ils fouillent, montez en poids pour pouvoir tenir le fond et effectuez des lancés approximatifs. Sur ces zones, les barbeaux sont moins méfiants et toléreront plus facilement d’être touché par le fil ou le leurre. Dans cette configuration de spot, lancez autant de fois que nécessaire jusqu’à la touche, il faut gratter le fond lentement, très lentement, pour que le poisson ait le temps de localiser l’esche que vous lui proposez dans le tumulte du courant.

 

J’en ai fini pour la pêche à vue, c’est maintenant au tour de la recherche du gros barbeau en fleuve et grande rivière…

 

La pêche à « rouler »

 

Grand milieu, fort courant, lancer longue distance, on est bien loin de la pêche de précision et de discrétion que je vous expliquais plus haut… Sur ces grands milieux, les postes à barbeaux sont les mêmes qu’en petites rivières mais tout est plus gros, plus fort… les débits sont puissants, les poissons aussi et les plats sont larges et les veines d’eau bien creuses.

Où les trouver :

 

Pour cette technique, les spots que je recherche ont un fond en cailloux, et un courant bien linéaire sur toute la largeur du lit avec 1m/1m50 d’eau où les grosses veines d’eau marquées. Ces poissons taillés pour ce biotope n’ont aucun mal, grâce a leurs grosses nageoires pectorales, à rester plaqués sur le fond sans fournir d’effort hormis celui d’ouvrir la bouche pour capter la nourriture que le courant leur amène.

Le matériel :

 

Pour réussir votre session je vous conseille déjà de changer de matériel, optez pour une canne de 2m40 en 5/20g voir 7/28g un moulinet en 2500 rempli de tresse en 15/°° et un bon bas de ligne fluoro entre 25 et 30/°°. Si le fond est propre vous pourriez utiliser le même matériel que pour la pêche à vue mais le barbeau est un poisson très fragile et il n’apprécie guère les combats qui s’éternisent, surtout en été. Si vous ne souhaitez pas voir repartir votre prise toute raide à cause de l’acide lactique que ses muscles produisent lors du combat, je vous conseille de brider l’animal et de le ramener rapidement à l’épuisette. Concernant les leurres, selon la profondeur et la vitesse du courant, choisissez une panoplie de têtes plombées en 5,7 et 10g avec des hameçons court, il faut privilégier les leurres de petites tailles, maximum 3 pouces. J’évite désormais les leurres durs tel que les crank ou autres minnow car bien que le barbeau soit apte à mordre sur ce genre de leurre, je constate un très gros taux de captures accidentelles par le dos ou les nageoires ce qui n’est pas très glorieux… Pour cette pêche le poisson n’est pas trop regardant sur le modèle de leurre, créature, shad, virgule, peu importe, ce qui importe c’est le grammage, la taille et présentation du leurre qu’il faudra laisser rouler sur le fond, emmené par le courant. Pour ma part j’utilise les mêmes leurres que j’ai cité avant et j’ajoute également quelques petits shad. Une de mes récente découverte pour cette pêche est le dark sleeper de chez megabass, un petit shad pré-plombé de 6cm pour 7g. Il n’est pas toujours évident de trouver de TP de 7g pour un leurre de 2/3 pouces… c’est pourquoi je vous invite à les faire vous-même avec de la corde à piano, une chevrotine du poids souhaité et d’un hameçon texan de votre choix !

 

L'animation :

 

C’est le courant qui anime votre leurre, rien de bien compliqué ! Vous lancez ¾ amont et tendez votre fil pour pouvoir sentir quand le leurre touche le fond et vous laissez le courant faire le reste. On sent parfaitement le leurre heurter les cailloux jusqu’à ce qu’il se coince quelque part, à ce moment-là, un petit coup de scion pour le décoincer et le courant continue sont boulot, et ainsi de suite. Il est important de garder constamment le contact avec le leurre pour pouvoir sentir les touches et éviter de trop s’accrocher au fond. En fonction des zones de pêche, il est important de bien régler le grammage. Si vous êtes trop léger, le leurre va rouler beaucoup trop vite sur le fond et n’intéressera pas le barbeau. En revanche, si vous êtes trop plombé, vous vous accrocherez beaucoup et perdrez des leurres à tout va… Il est donc important de trouver le juste milieu sur votre terrain de jeu !

 

Dernière info pour finir, le barbeau est un poisson au comportement grégaire, s’il y en a un, il y en a plein ! trouver les zones d’alimentation est la clé de la réussite ! En espérant vous avoir donné envie de rechercher ce poisson extraordinaire…

 

 

Merci d’avoir lu, Alex DENNETIERE